Mercredi 08 février 2023
L’ENCYCLOPEDIE PRATIQUE DE LA FRANCHISE
foule de franchisés


 > Actualités

GRAND ENTRETIEN - C. Lecointe-Laumond (Pôle emploi) : «S’informer le plus tôt possible sur des solutions alternatives»


Durant la Semaine des entrepreneurs franchisés, du 8 au 14 octobre 2012, Pôle emploi proposera des conférences, en partenariat avec Fiducial et la Fédération Française de la Franchise.

Nous avons fait le point sur les dispositifs d’aides à la création d’entreprise proposés par Pôle emploi en rencontrant Chantal Lecointe-Laumond, Chargée de Projet Emploi du POLE EMPLOI Cadres de Bois-Colombes ainsi que deux référents « création d’entreprise » : Sonia Aubry et Bruno Diquéro.

Le POLE EMPLOI CADRES BOIS COLOMBES accompagne 5000 demandeurs d’emploi et les recrutements de 1400 entreprises de dix communes des Hauts-de-Seine.

La Référence Franchise : Quel est le rôle de Pôle emploi dans l’accompagnement des demandeurs d’emploi désirant créer leur entreprise ?

Chantal Lecointe-Laumond : Notre rôle est de sécuriser le parcours de création d’entreprise des demandeurs d’emploi, et de souligner les points de vigilance, quelle que soit la forme d’activité choisie : profession libérale, portage salarial, franchise, auto-entrepreneur…

Sonia Aubry : Le conseiller Pôle emploi cherche à déterminer, en accord avec le demandeur d’emploi, si son environnement professionnel et personnel, ainsi que ses expériences, vont lui permettre de mener à bien son projet entrepreneurial. Cette prise de conscience des étapes pour concrétiser une telle initiative lui permet de décider s’il doit se lancer maintenant dans un tel projet, ou le reporter.

Bruno Diquéro : S’il choisit cette voie, nous allons l’aider à valider son projet au regard de critères précis : idée, étude de marché, business plan, modalités d’installation, recherche du local…

La Référence Franchise : Quels types de solutions d’accompagnement sont proposées à travers Pôle emploi ?

Sonia Aubry : A partir de diagnostics partagés de leurs projets, et en fonction des besoins identifiés pour franchir les différentes étapes d’une création/reprise d’entreprise, nous orientons les demandeurs d’emploi sur différentes offres de service, parfois réalisées par des prestataires extérieurs, ainsi que des organismes dédiés à la création d’entreprise, comme les Chambres de Commerce et d’Industrie, l’APCE et les Maisons de l’Emploi.

Pôle emploi organise des ateliers, sur des thématiques telles que « Créer son entreprise, pourquoi pas ? » ou « Organiser son projet de création ou de reprise d’entreprise ». Pôle emploi propose également un accompagnement de l’idée à la mise en œuvre du projet de création/reprise d’entreprise. L’offre de services est adaptée à l’avancement du projet. Cela peut aller des actions de formation conventionnées - exemple : « Créateur/Repreneur de la petite entreprise » - à une Evaluation Préalable à la Création ou Reprise d’Entreprise.

Chantal Lecointe-Laumond : On peut aussi orienter les demandeurs d’emploi vers des partenaires, des lieux « ressource » où ils peuvent obtenir des données pour nourrir leurs études de marché, leurs projections… Citons par exemple la Cité des Métiers, le Département du Prisme à la Bibliothèque Nationale de France.

Notre agence Pôle emploi propose également des animations flash à thèmes correspondant à des besoins identifiés. Par exemple, sur le choix du statut juridique de l’entreprise, le management de transition, ou encore les différences entre l’auto-entrepreneur et le portage salarial. Notre prochaine animation sur la création d’entreprise en franchise sera d’ailleurs réalisée à l’occasion de la Semaine des entrepreneurs franchisés (cf. encadré en bas de page).

Dans notre agence dédiée aux cadres, et couvrant dix communes du nord du département des Hauts-de-Seine[1], nous intervenons ainsi auprès de 5000 demandeurs d’emploi et 1400 entreprises. Nous assurons l’intermédiation auprès des employeurs du secteur afin de leur proposer des profils, en mobilisant le cas échéant des mesures d’adaptation au poste afin de faciliter le recrutement et l’intégration des candidats.

La Référence Franchise : Quel est le cheminement des demandeurs d’emploi pour se déterminer vers la création d’entreprise ?

Bruno Diquéro : On observe trois typologies de futurs entrepreneurs.

Tout d’abord, ceux qui arrivent dès le premier entretien au Pôle emploi avec un projet entrepreneurial avancé et formalisé. Ils ont fait un état des lieux du marché du travail en fonction de leur profil et de leurs compétences et pensent qu’ils peuvent mettre à profit le chômage pour créer leur entreprise.

Ensuite, les demandeurs d’emploi qui, dans le cadre des échanges avec leur conseiller Pôle emploi prennent conscience de l’opportunité d’une création d’entreprise pour mettre à profit leur expertise métier. Le conseiller les aide à formuler leur valeur ajoutée. Ils ne savent en effet pas nécessairement « se vendre ». Il peut alors les aider à positionner leur offre de service en tant qu’entrepreneur.

Enfin, ceux qui, après un an, voire un an et demi de chômage, confrontés à un marché du travail difficile, envisagent cette solution pour créer leur emploi.

La Référence Franchise : Pourquoi, dans ce dernier cas, le cheminement avant de s’engager dans la création d’entreprise est aussi long ?

Sonia Aubry : Un certain nombre de demandeurs d’emploi axent prioritairement leurs recherches sur l’emploi salarié. Ils recherchent « l’emploi perdu ». Les formes d’activité alternatives ne sont envisagées que dans un second temps.

Chantal Lecointe-Laumond : Nous engageons les demandeurs d’emploi à s’informer le plus tôt possible sur des solutions alternatives comme l’entrepreneuriat et à se mettre en action.

Lorsqu’ils s’engagent dans un parcours de création/reprise d’entreprise, un plan d’action partagé est mis en place dont l’avancement est suivi lors de points d’étapes : prise de contacts, recherche de renseignements auprès d’un organisme, étude de marché...

La Référence Franchise : De quelles aides financières à la création d’entreprise peut bénéficier une personne inscrite au Pôle Emploi ?

Sonia Aubry : Les demandeurs d’emplois indemnisés en Allocation Retour à l’Emploi ou en attente d’indemnisation peuvent percevoir une partie de leurs indemnités. Il existe 2 possibilités, non cumulables.

Tout d’abord, le maintien mensuel total ou partiel des indemnités. Dans ce cas, vous pouvez continuer à percevoir tout ou partie de vos allocations pendant la phase de démarrage de la reprise ou de la création de l’entreprise, en fonction du statut juridique de l’entreprise.
Cet accompagnement est possible tant que vous avez droit aux allocations dans la limite de 15 mois maximum. Excepté pour les plus de 50 ans.

Ensuite, l’apport sous forme de capital.Cette aide correspond à 45% des allocations restantes à la date où vous débutez votre activité. Elle est versée en deux fois : le premier versement à la date de début d’activité, le second, six mois plus tard sur justificatifs. Pour bénéficier de cette aide vous devez avoir obtenu l’ACCRE - l’Aide au Chômeur Créateur Repreneur d’Entreprise - auprès de l’URSSAF.

En cas d’arrêt de l’activité dans un délai de trois ans à compter de l’admission ayant permis l’ouverture de droits, augmenté de la durée maximale de vos droits restants, le créateur d’entreprise peut se réinscrire à Pôle emploi et demander à bénéficier du reliquat de ses droits.

Bruno Diquéro : L’apport sous forme de capital (l’ARCE : Aide à la reprise ou à la création d’entreprise), est choisi par 60% des demandeurs d’emploi créant leur entreprise. Au moment de créer, il ne faut pas précipiter son choix. Il convient d’apprécier d’abord son potentiel de facturation. Si l’on peut vivre de son activité, le versement d’un capital est plus intéressant, car il permet d’investir dans l’achat ou la location de matériel, ou de constituer une trésorerie. Si l’on part de zéro, le maintien mensuel partiel ou total de l’Allocation de Retour à l’Emploi coule de source.

Sonia Aubry : Pôle emploi réoriente les demandeurs d’emploi créant leur entreprise aussi vers d’autres dispositifs tels que le NACRE. Il s’agit d’un accompagnement en trois phases, réalisé par des organismes labellisés par l’Etat et la Caisse des Dépôts. La première étape permet d’apporter un appui au montage du projet, la deuxième étape un appui à la recherche de financements et la troisième étape un appui au démarrage et au développement de l’entreprise.

Chantal Lecointe-Laumond : Il existe de nombreuses aides financières à la création d’entreprise. Celles-ci doivent être considérées comme un coup de pouce, et non comme la condition à la création d’une entreprise.

Propos recueillis par François Simoneschi, auteur du « Guide de la franchise 2012 » (éditions L’Express) et rédacteur en chef de La Référence Franchise.

Encadré : Animation flash le 8 octobre à Bois-Colombes

« Créer son entreprise en franchise » : telle est l’animation flash proposée le 8 octobre prochain, de 9 heures 30 à 12 heures 30, dans l’agence Cadres Pôle-Emploi de Bois-Colombes (19 rue des Peupliers), en présence de Sonia Aubry (conseillère Pôle-Emploi), d’Alexandre Germain (Fédération Française de la Franchise), Eric Luc (Fiducial), Jean-Pierre Guillet (franchiseur Mikit) et Jean-Pierre Deugnier (franchisé WSI). Des entretiens personnalisés avec Fiducial et Pôle emploi sont ouverts aux participants durant l’après-midi.

Toutes les informations sur la Semaine des entrepreneurs franchisés sont disponibles sur un site dédié.

[1] Bois-Colombes, Asnières, Colombes, Gennevilliers, Villeneuve-la-Garenne, Clichy, Levallois-Perret, Neuilly, Courbevoie, La Garenne-Colombes