Samedi 15 décembre 2018
L’ENCYCLOPEDIE PRATIQUE DE LA FRANCHISE
foule de franchisés


 > Personnalités de la franchise
Personnalités
de la
franchise

Nicolas Daumont, PDG du réseau de courtage en travaux ILLICO TRAVAUX

« Un franchiseur n’est pas légitime par son idée, mais par la pratique d’un métier qu’il offre à ses partenaires »


 
Il y a bientôt quinze ans, Nicolas Daumont, ingénieur de formation, a créé le métier du courtage en travaux.
Il vient de le réinventer, en se concentrant sur le client final, demandeur de rénovation. Il est ainsi retourné au bureau d’études, tout en se recentrant sur son métier de franchiseur.

Un projet d’entreprise retenu parmi des milliers d’autres

En février 1998, Nicolas Daumont éprouve une solitude des grandes villes pour le moins particulière. En plein milieu de l’hiver, il peine à trouver un professionnel pour faire réparer une vitre de son studio cassée, rapidement et à un coût raisonnable… alors que la meilleure des solutions se trouve dans la rue où il habite ! (cf. « Le jour où ») Il imagine alors le concept de courtage en travaux, afin de faciliter la mise en relation entre des artisans qualifiés et des particuliers aux besoins identifiés.

« Je me suis lancé dans l’entrepreneuriat car j’ai obtenu des prix, ainsi qu’un financement total de 140 000 francs, en gagnant deux concours ouverts à des entrepreneurs en herbe. J’ai été retenu parmi 600 projets à la Fondation BMW, et 2000 projets à Vivendi. J’ai donc été durant deux ans à mon compte tout en finissant mes études. L’entreprise est née le 1er mars 2000 à Clermont-Ferrand sur une base simple : un site Internet et un numéro d’appel national gratuit, pour établir la relation entre artisans et particuliers. J’étais un oiseau rare pour les médias. Je suis même passé au journal de 20 heures de France 2 !
Cette promotion inattendue a conduit un candidat entrepreneur de Valence à m’appeler pour utiliser ma marque et pratiquer un métier qui alors n’existait pas. Le réseau Illico Travaux, comme tant d’autres à l’époque, s’est créé par opportunisme, sous forme d’un partenariat peu contraignant pour les deux parties », se souvient Nicolas Daumont, président-fondateur d’Illico Travaux.

Une rencontre déterminante avec Thierry Abriat

En 2002, Nicolas Daumont déménage à Lyon et s’installe définitivement dans la troisième ville de France, plus propice aux échanges dans les affaires.

« A Lyon, un prospect ou un client parisien vient vous rencontrer. A Clermont-Ferrand, il vous demande de monter sur Paris. A l’été 2003, j’ai rencontré Thierry Abriat, qui voulait ouvrir une agence Illico Travaux. Le courant est tout de suite passé. Nous étions complémentaires. Il avait de la méthode, de l’exigence et l’autorité nécessaire pour développer un réseau. De mon côté, j’avais l’inspiration, l’envie et l’enthousiasme pour faire progresser le concept. Thierry Abriat a permis le passage d’Illico Travaux en franchise en 2004, en posant un cadre pour collaborer avec des indépendants dans lequel chacun est autonome et bénéficie d’un confort à la fois humain et financier.
En pionnier sur le secteur d’activité, nous avons créé les normes, les outils, la politique commerciale, la charte graphique, et par la suite, les agences avec pignon sur rue… La demande a poussé l’offre. Thierry Abriat a créé un cabinet pour recruter des franchisés, au nombre de plusieurs dizaines par année. Nous sommes montés jusqu’à 140 vendeurs à domicile indépendants et 4 recrutements par mois, à un moment où l’engouement pour les travaux de rénovation faisait que l’offre était débordée par la demande », affirme Nicolas Daumont.

En 2007, les chemins de Nicolas Daumont et Thierry Abriat se séparent, en raison de la réussite d’un site de recrutement de candidats à la franchise fondé par ce dernier. La même année, Nicolas Daumont crée la Fédération Française de courtage en travaux pour encadrer la profession.

« Dans le bâtiment, j’étais considéré comme un perturbateur et pris en exemple. Dans notre activité, il ne fallait pas rester dans un mode d’astuces, mais véritablement s’organiser. Notamment, parce que certains savoir-faire d’artisans s’étaient abîmés. Une charte de déontologie dans la pratique de notre métier s’imposait. J’ai ainsi créé la Fédération Française de courtage en travaux, à laquelle tous nos concurrents ont adhéré », précise Nicolas Daumont.

Changement stratégique pour répondre à l’évolution du marché

En 2008, le réseau Illico Travaux atteint son sommet en termes de maillage du territoire avec 140 franchisés.

« Les premiers problèmes importants sur des chantiers sont alors apparus, avec des retombées médiatiques conséquentes. Nous avons su prouvé notre bonne foi dans ces affaires, mais la sélection des artisans devait désormais répondre à des critères encore plus stricts, à des normes de qualité. Il fallait passer d’un système où nous étions apporteurs d’affaire, avec des clients « artisans », à une prise en compte du demandeur de travaux comme client, à l’origine du modèle économique. Nous avons alors engagés des travaux colossaux pour pouvoir faire des promesses au consommateur final, l’artisan devenant un fournisseur du service proposé par Illico Travaux. Ce qui a nécessité de lourds investissements financiers de la part du franchiseur, à un moment où une crise économique frappait le monde entier…», avoue courageusement Nicolas Daumont.

Dualité à respecter dans le métier de franchiseur

En 2009, Nicolas Daumont rachète Camif Habitat, délègue l’opérationnel de son réseau et retrouve les prérogatives de sa formation initiale d’ingénieur.

« Je suis retourné au bureau d’études, accompagné par le cabinet Franchise Management. On a d’abord listé la totalité des actions à mettre en œuvre pour améliorer notre métier premier, celui de courtier en travaux, afin de réécrire notre politique commerciale. D’autant qu’avec la crise, la demande spontanée du consommateur ne suffisait plus, il fallait prospecter un client final de plus en plus exigeant. J’ai également mieux intégré ce qu’impliquait mon métier de franchiseur. J’ai toujours aimé transmettre à d’autres la passion du courtage en travaux, ainsi que « l’esprit d’équipe », la devise de mon réseau. Une armée avance toujours à la vitesse de la plus lente de ses troupes.
Il a une dualité à respecter dans le métier de franchiseur, entre l’apport permanent d’innovations et l’accompagnement de ses partenaires pour que les nouveautés imaginées soient effectivement mises en œuvre », insiste Nicolas Daumont.

Une vraie avance par rapport à la concurrence

Le 1er janvier 2012, après trois années de mutation, Illico Travaux nouvelle formule est né.

« Nous répondons désormais à 100% de la demande, ce qui procure à nos franchisés une vraie avance par rapport à la concurrence, à travers trois solutions : travaux simplement réalisés par des artisans, travaux réalisés par des artisans avec cette fois un suivi de chantier du franchisé, et chantier intégralement pris en charge par le franchisé qui en sous-traite tous les travaux par des artisans.
Pour ce dernier contrat, le coût des travaux est un prix ferme et définitif, incluant par exemple des pénalités en cas de retard. Nos solutions incluent, selon la formule choisie, une garantie en cas de dépôt de bilan de l’artisan, la médiation pour assurer les intérêts du client jusqu’à résolution du litige, ou encore la surveillance des entreprises sélectionnées – le dossier d’agrément des artisans contient 17 pages -. Voire des propositions de courtage en crédits. Le client final, grâce à l’obligation de se faire présenter plusieurs devis, pourra ainsi choisir l’offre correspondant à ses besoins. Ce tournant pour l’enseigne s’est effectué en préservant nos trois valeurs initiales : simplicité, rapidité et efficacité. L’objectif de transformation du réseau a été appliqué à 100%, avec un investissement avoisinant le million d’euros pour le franchiseur. Certes, Illico Travaux ne compte plus que 60 franchisés, la grande majorité des départs s’étant conclus à l’amiable. Mais le chiffre d’affaires moyen des franchisés a été multiplié par deux. Mon seul regret est de ne pas avoir été prêt plus tôt avec ce nouveau concept pour permettre à d’autres partenaires du réseau de franchir le cap de la crise.

D’autant que les perspectives s’annoncent bonnes dans les cinq prochaines années. Après avoir beaucoup semé, je pense récolter le fruit de mon travail et de celui de mes équipes avec un concept entré en phase de développement industrialisé. En octobre dernier, j’ai réintégré la direction opérationnelle de l’enseigne avec mon frère jumeau. Je viens de terminer ma tournée des réunions régionales.
A travers le contact avec le terrain, je ne veux plus perdre la réactivité et l’enthousiasme nécessaires à la réussite d’un développement en franchise. Aujourd’hui, à 35 ans, j’ai le sentiment du devoir accompli, en me sentant utile en ayant donné à mes franchisés les moyens d’affronter les problèmes réels de l’économie. Un franchiseur n’est pas légitime par son idée, mais par la pratique d’un métier qu’il offre à ses partenaires !», souligne Nicolas Daumont.

Le jour où… un incident domestique a donné naissance à une idée d’entreprise

« En février 1998, alors étudiant en école d’ingénieur, je casse accidentellement une vitre de mon studio, à Clermont-Ferrand. Comme nous sommes en plein hiver, je feuillette immédiatement un journal d’annonces locales, le « 63 », et finit par contacter un professionnel, spécialisé dans les dépannages en urgence. Celui-ci m’affirme, par téléphone, qu’il ne viendra que dans l’après-midi et m’annonce d’emblée un devis de 1500 francs. Devis que mon père me demande de ne signer en aucun cas… Je contacte alors un artisan… qui ne se déplacera finalement jamais ! Le soir, la vitre éclate en morceaux. Là, je consulte l’annuaire, et dans les pages jaunes, je découvre qu’il existe un miroitier-vitrier devant lequel je passais tous les jours sans l’avoir remarqué. Il me dit : « Vous êtes là dans cinq minutes ou le magasin sera fermé ! ». J’ai tout de suite retiré ma fenêtre de ses gonds et l’ai amené à l’artisan. Coût de la facture : 340 francs. J’ai été surpris de découvrir qu’un tel service était compliqué à obtenir dans une grande ville. J’ai alors imaginé un concept d’entreprise mettant en relation consommateur et artisan de manière rapide, d’où le terme Illico. J’ai commencé à tester l’idée en réalisant un petit boulot pour l’artisan qui m’avait dépanné : retirer les fenêtres de leurs gonds et les lui amener à réparer. »


Nicolas Daumont en 5 grandes dates

  • 1998 : Naissance de l’idée Illico Travaux
  • 2003 : Rencontre avec Thierry Abriat, qui devient le premier développeur du réseau Illico Travaux
  • 2007 : Création de la Fédération Française de courtage en travaux
  • 2008 : Virage radical dans la stratégie de développement d’Illico Travaux
  • 2012 : Lancement du nouveau concept Illico Travaux


Fiche Technique

Illico Travaux

Président-fondateur : Nicolas Daumont

Création de l’entreprise : 2000

Lancement en franchise : 2004

Siège : 17, avenue Charles de Gaulle Parc de Crécy / 69370 Saint Didier au Mont d'Or

Contacts : 04 72 85 19 02 – http://www.illico-travaux.comcontact@groupe-archipelle.com -

Ouvrage : « Le livre du courtage en travaux » (éditions BuildOther, 2010)