Lundi 10 décembre 2018
L’ENCYCLOPEDIE PRATIQUE DE LA FRANCHISE
foule de franchisés


 > Etre franchisé > Echanger avec le franchiseur
leçon
23

Comment la Convention nationale d’une franchise booste l’activité du réseau ?



Dans une Convention nationale, pour obtenir une présence en masse des franchisés, il faut un bon équilibre entre quantité et qualité sur trois volets : information à valeur ajoutée pour le réseau, formation à travers des ateliers de travail en groupe et détente méritée après une année de dur labeur.

Durant la Convention Nationale, le franchiseur doit créer de l’information à valeur ajoutée, et permettre à toutes les émotions de s’exprimer.

Dans une Convention Nationale, le taux de participation est un bon indicateur d’état d’esprit du réseau, un thermomètre de l’ambiance au sein des franchisés.

« Ce moment est l’occasion de recentrer le réseau sur ses fondamentaux – par exemple : pourquoi sommes-nous ensemble dans ce réseau ? -, de permettre aux franchisés de prendre du recul sur leur activité et de matérialiser la force du réseau, à travers le nombre de personnes présentes. Le franchiseur ne doit pas se contenter de présenter ses nouveaux produits et services, en adoptant un discours centré sur son métier. Il doit créer de l’information, par exemple avec des intervenants extérieurs, afin de les amener à booster leur activité avec des connaissances nouvelles, par exemple liées au management ou à l’évolution du consommateur.
Des éléments qui serviront dans l’année à venir, comme une explication sur les cycles dans l’immobilier. Il faut apporter de la valeur ajoutée à son réseau. Sans oublier de fêter les victoires de l’année écoulée, à travers des trophées récompensant les franchisés pour leurs bonnes pratiques, leur qualité, leur fidélité ou leur esprit réseau.
La Convention nationale est aussi un formidable moment d’émotion, exprimées par la joie ou la colère, et qui permet au franchiseur de déterminer s’il doit calmer les tensions ou susciter l’engouement dans le réseau », explique Sylvain Bartolomeu, consultant au cabinet Franchise Management.

« La Convention Nationale indique l’affection des franchisés pour la marque et le réseau. Elle permet aussi l’expression d’un désaccord auquel le franchiseur doit être à l’écoute, ne pas découvrir cette initiative, mais l’anticiper et la canaliser », ajoute Patrice Matagne, président de ResoAgency (cabinet de conseil aux réseaux).

Durant cet évènement, l’équipe du franchiseur doit par ailleurs savoir se tenir et garder une certaine distance avec les franchisés.

La Convention Nationale se déroule généralement sur deux journées intenses, alternant informations sur les enjeux du réseau, travail de groupe entre franchisés et moments de détente.

Annonce du plan média, évolution du système informatique, stratégie commerciale pour l’année à venir, nouvelle carte des menus, objectifs des investisseurs en cas de prise de parts sociales totale ou partielle dans la société « tête de réseau » : le franchiseur doit communiquer de vraies informations, des messages forts et motivants lors la Convention nationale.
Pour les franchisés, c’est aussi l’occasion de ressentir le marché, à travers les impressions de leurs pairs.

« Dans nos Conventions Nationales, la première journée est consacrée au bilan de l’année, et le franchiseur doit rendre des comptes : actions de communication, investissements, etc. Nous invitons également un ou deux fournisseurs invités : constructeur automobile, etc. Nous terminons par une soirée de convivialité, bien méritée après une année « la tête dans le guidon ». Au cours de la seconde journée, nous partageons les préoccupations des franchisés à travers des ateliers, en invitant des experts gravitant autour de thématiques liées à notre activité ou à la vie en réseau », détaille Franck Vialle, fondateur-dirigeant d’Ulysse (transport et accompagnement de personnes à mobilité réduite).

Selon les enseignes, il y a 1 à 2 Conventions nationales par an.

« Ce moment permet de sortir d’un contexte exclusivement professionnel. Cela permet à chacun des franchisés de se connaitre ou de se reconnaître, car l’occasion de se rencontrer n’est pas si fréquente. Une partie de l’animation est généralement déléguée à un conférencier qui sait nous donner la pêche et doper son auditoire, tout en abordant les sujets qui peuvent nous contrarier. Ce dernier a toujours finalement un message du franchiseur à nous transmettre, son intervention étant moins sujette à caution compte tenu de sa position extérieure et indépendante. Une résultante de notre participation à la Convention : le franchisé est absent de son magasin pendant deux jours et donc dans l’obligation de déléguer à son équipe. C’est une façon de lui montrer sa confiance, de la faire grandir et d’en obtenir de meilleures performances », observe Jacques Jaguin, franchisé La Mie Câline à Elbeuf.

« La Convention Nationale renforce le sentiment d’appartenance à un réseau. Ce moment permet de partager les bonnes idées, parfois élémentaires et efficaces, comme par exemple réunir l’équipe commerciale 10 minutes chaque matin afin d’échanger sur les informations de la veille porteuses d’affaires. Mais aussi de partager les galères, dont il faut identifier la source et finir par en rire ensemble… ce qui fait relativiser le quotidien !», ajoute Marie Lanoë, franchisée Temporis à Vannes.

François Simoneschi, rédacteur en chef de La Référence Franchise

CONSEIL D'EXPERT

Mario Catena (De Neuville)

« Enjeux business très concrets, travail ludique de groupe et ambiance de détente »

« Dans une Convention nationale, pour obtenir une présence en masse des franchisés du réseau, il faut un bon équilibre entre quantité et qualité sur trois volets. D’abord, l’information, sur des enjeux business très concrets. Il faut s’assurer de la compréhension des franchisés, du partage des diagnostics et des bilans du réseau en toute transparence. Il est nécessaire de donner de la force à l’information transmise, voire de la scénariser. Ensuite, il faut une partie de formation, sous forme d’ateliers, un travail ludique de groupe sur des thématiques bien choisies. Par exemple, dans le cadre du lancement de nos macarons, nos franchisés ont testé eux-mêmes le processus de fabrication du produit. Enfin, la distraction doit être présente afin de consolider les relations au sein du réseau. La Convention nationale est une occasion d’échanges fantastique entre franchisés et renforce la cohésion de l’ensemble. Des messages et des contenus forts sont reçus dans une ambiance de détente, dans un lieu sympathique et confortable, ce qui est un signe de respect du franchiseur envers franchisés ».

S'IL NE FALLAIT
RETENIR
QUE 3 CHOSES
leçon n°23
  • La Convention nationale est aussi un formidable moment d’émotion, exprimées par la joie ou la colère, et qui permet au franchiseur de déterminer s’il doit calmer les tensions ou susciter l’engouement dans le réseau.
  • Annonce du plan média, évolution du système informatique, stratégie commerciale pour l’année à venir, nouvelle carte des menus, objectifs des investisseurs en cas de prise de parts sociales totale ou partielle dans la société « tête de réseau » : le franchiseur doit communiquer de vraies informations, des messages forts et motivants lors la Convention nationale. Pour les franchisés, c’est aussi l’occasion de ressentir le marché, à travers les impressions de leurs pairs.
  • Résultante de sa participation à la Convention : le franchisé est absent de son magasin pendant deux jours et dans l’obligation de déléguer à son équipe. Ce qui est une façon de lui montrer sa confiance.