Lundi 10 décembre 2018
L’ENCYCLOPEDIE PRATIQUE DE LA FRANCHISE
foule de franchisés


 > Etre franchisé > Echanger avec le franchiseur
leçon
24

Qu’apportent les échanges informels entre franchisés ?



Lorsqu’un véritable esprit de famille s’est instauré au sein d’un réseau, le partage d’expériences informel entre franchisés est précieux, même pour les franchisés les plus anciens. Ces échanges permettent de combiner vies professionnelle et personnelle.

Le partage d’expériences entre franchisé est un mine d’or pout tout nouvel arrivant, qui bénéficie en peu de temps d’une solution complète et éprouvée

Partage de bonnes pratiques et de conseils, entraide, besoin de se remonter mutuellement le moral, remise en question : un franchisé sollicite plus facilement les autres franchisés de l’enseigne que le franchiseur ou son équipe.

« Le partage d’expériences entre franchisés est un mine d’or pour tout nouvel arrivant, qui bénéficie en peu de temps d’une solution complète et éprouvée sans devoir attendre la réponse de l’équipe du franchiseur et de son animateur. Exemple : un benchmark de coût pour une prestation. Le franchiseur doit mettre en place des outils, des médias, une culture pour favoriser ces échanges », remarque Sylvain Bartolomeu, consultant au cabinet Franchise Management.

Lorsqu’un véritable esprit de famille s’est instauré au sein d’un réseau, la source d’informations reste utile, même pour les franchisés les plus anciens.

« Comme on travaille exactement dans les mêmes conditions de travail, on sollicite plus facilement un franchisé de l’enseigne réputé pour ses performances sur la problématique concernée, comme le management ou la technique commerciale. Cela permet souvent de sortir d’une situation compliquée. On a toujours quelque chose à apprendre de nos collègues. Pour ma part, le dernier conseil pertinent que j’ai reçu portait sur une gestion optimisée de ma trésorerie », confirme Jacques Jaguin, franchisé La Mie Câline à Elbeuf.

Les sollicitations entre franchisés s’effectuent d’autant plus facilement lorsque les liens se sont formés – voire soudés – lors d’évènements du réseau : formation initiale, commission de travail, convention nationale…

« J’échange plutôt avec les concessionnaires proches de ma zone de chalandise. Cela nous a notamment permis de mettre en place des opérations de publicité commune sur notre région avec un numéro téléphonique unique. Afin de mutualiser cette charge, c’est notre enseigne qui redistribuera les contacts de prospects générés », affirme Pierre Legé, concessionnaire Tryba à Montrouge.

« Nous sommes quatre anciens de Vidéo Futur à avoir rejoint la même enseigne. L’entraide peut aller jusqu’à procurer du personnel en cas de besoin. On s’explique aussi mieux les baisses de chiffre d’affaires, comme cela rassure de savoir que notre entreprise va dans la bonne direction à partir d’éléments identiques de comparaison », relève Florian Darnois, franchisé Planet Sushi à Maisons-Laffitte.

Les franchisés découvrent parfois des astuces amenées par la précédente vie professionnelle de leurs confrères. Voire s’envoient mutuellement des affaires.

« Ces échanges permettent de combiner vies professionnelle et personnelle. Tous les franchisés mettent beaucoup d’énergie à faire réussir leur affaire. On se sent tout de suite très proche les uns des autres dans notre approche du quotidien », conclut Marie Lanoë, franchisée Temporis à Vannes.

François Simoneschi, rédacteur en chef de La Référence Franchise

CONSEIL D'EXPERT

Christophe Cattoen (Cartridge World)

« Des informations davantage validées par la pratique »

« Les échanges informels entre franchisés sont extrêmement importants. Ils ont conduit, pour ma part, à la constitution d’un regroupement d’informations hebdomadaire pour les dix plus gros magasins de l’enseigne en termes de chiffes d’affaire : opérations marketing lancées et retour sur investissement, etc. Les informations sont données de manière plus réactive, plus précises, sans le moindre filtre, et sont donc davantage validées par la pratique. C’est un complément à la synthèse mensuelle communiquée par l’enseigne. Le benchmark est primordial. Le franchiseur doit permettre de lister par catégories ce qui fonctionne chez les franchisés : prestations de services, mise en avant des produits, organisation humaine et production, etc. Même sans moyens, par la parole et le benchmark, on peut faire avancer un réseau de franchise »

S'IL NE FALLAIT
RETENIR
QUE 3 CHOSES
leçon n°24
  • Partage de bonnes pratiques et de conseils, entraide, besoin de se remonter mutuellement le moral, remise en question : un franchisé sollicite plus facilement les autres franchisés de l’enseigne que le franchiseur ou son équipe.
  • Comme on travaille exactement dans les mêmes conditions de travail, on sollicite plus facilement un franchisé de l’enseigne réputé pour ses performances sur la problématique concernée. Cela permet souvent de sortir d’une situation compliquée.
  • L’entraide peut aller jusqu’à procurer du personnel en cas de besoin. On s’explique aussi mieux les baisses de chiffre d’affaires, comme cela rassure de savoir que notre entreprise va dans la bonne direction à partir d’éléments identiques de comparaison.